Les six pratiques préparatoires

 

La méditation du lamrim, voie progressive menant à  l’éveil complet d’un bouddha, tire son efficacité d’une préparation rigoureuse de l’esprit du pratiquant, sous la forme de purifications et d’accumulations de mérites :

il faut d’une part « nettoyer le terrain » des obstacles et potentialités négatives, accumulés sur le courant de conscience par les actions, paroles et pensées erronées ;

et d’autre part réunir les conditions favorables à l’apparition de réalisations spirituelles, en produisant de puissants états d’esprit vertueux.

Les six pratiques préparatoires (en tibétain : djor tcheu) sont des pratiques de purification et d’accumulation. Texte de prière et de méditation se fondant sur le Prajnaparamita Soutra, il a la spécificité de « préparer » la méditation du lamrim.

Il « prépare » dans le sens où sa récitation et sa méditation permettent de nous débarrasser des obstacles et potentialités négatives laissées par nos actions erronées sur notre courant de conscience (l’aspect « purification ») et de réunir les conditions favorables en faisant naître des états d’esprit vertueux (l’aspect « accumulation des mérites »).  Ces deux aspects sont indispensables à toute réalisation pleine et entière des qualités de la voie.

Deux des textes utilisés couramment sont La guirlande des êtres fortunés, rituel compilé par le prédécesseur du Vénérable Dagpo Rimpotché, ainsi que Les six pratiques préparatoires du lamrim de la lignée du Sud.
La première des six pratiques consiste à nettoyer le lieu de méditation et à y disposer les représentations du Corps, de la Parole et de l’Esprit du Bouddha. La seconde est la présentation d’offrandes. Puis, après s’être assis dans la posture du lotus ou toute autre posture confortable, vient la visualisation du Bouddha pour la prise de refuge et la production de l’esprit d’éveil pour le bien des êtres. La quatrième pratique consiste à visualiser l’assemblée des Bouddhas et des Maîtres de la lignée, depuis le Bouddha jusqu’à nos Maîtres actuels. Ensuite leur est offerte la « prière en sept branches », qui réunit purifications et accumulations. La sixième pratique préparatoire est une invocation aux Maîtres de la lignée, ininterrompue depuis le Bouddha Shakyamouni, afin qu’ils confèrent leur bénédiction sous la forme des réalisations spirituelles.
Sur cette base est effectuée la méditation du lamrim, soit sous forme résumée avec le Fondement de toutes les qualités (poème invocatoire composé par Djé Tsongkhapa), soit de manière plus détaillée en développant les points successifs. La méditation est conclue par une prière de dédicace afin de transmuer les mérites accumulés grâce à la pratique en causes d’obtention de l’éveil.